Kelowna fuck chat

Mélodies soyeuses, fines harmonisations vocales, arrangements subtils, instrumentation diversifiée, équilibre recherché entre classicisme pop et avant-gardisme pop. Les textes s'avèrent intimes, hypersensibles, romantiques, sensuels, gracieux et inventifs sur toute la ligne.

Kelowna fuck chat-61

La tension entre le texte et la suavité de la musique est plus que réussie dans ce , on en raffole pour la qualité de sa réalisation, pour la trempe de ses collaborateurs : Kendrick Lamar, Travis Scott, James Fauntleroy et Isaiah Rashad donnent la répartie à la soliste, Pharrell Williams y chante sur une piste, on observe des microcitations de Justin Timberlake, Drake ou même Giorgio Moroder.

L'autorité vocale et la personnalité de SZA, la créativité aigre-douce de sa facture en justifient d'autant plus l'impact et le succès.

On y contemple des extensions harmoniques et des métriques carrément issues de la musique contemporaine, on y savoure de nouveaux procédés d'enregistrement, on y admire cette manière de ficeler les voix et les instruments, on y valide la répartition de l'instrumentation, on applaudit la diversité de menus ornements orchestraux de toutes natures (acoustiques, électriques, synthétiques). BJÖRK (One Little Indian) À 52 ans, Björk a imaginé un écosystème postindustriel, continent utopique où triomphent les forces créatrices, l'énergie de l'invective et celle du pardon.

Postmodernes et visionnaires, les musiques d' s'inspirent aussi des temps anciens, Moyen Âge, Renaissance, période baroque.

Puissance de l'évocation, inquiétude, dénonciation, espoir, sagesse et lucidité des supermamies sont au programme de cet album contagieux, engagé, hautement mobilisateur, écrit dans le contexte de l'intolérance raciale et de l'ultraconservatisme revenus en force sur ce continent.

Sans se dénaturer, Jeff Tweedy s'est parfaitement adapté à Mavis Staples tout en l'invitant à ratisser l'intérieur des terres bien au-delà de ses repères afro-américains.

So, take a stroll down memory lane to remember all of our past Word of the Year selections.

évite les instrumentations élaborées, se veut étonnamment succinct, est néanmoins excellent.

Cette cohabitation d'un lointain passé, du présent et d'un avenir utopique laisse émerger une forêt de sons : flûtes, harpe, percussions, polyphonie et surimpressions, sons naturels, mais également sons de synthèse amalgamés électroniquement par le génial Arca, irruptions bruitistes ou atonales, grooves et hachures polyrythmiques, pics de densité, élans de passion, relâchements, recueillement.

Comments are closed.